https://lppl.univ-nantes.fr/medias/photo/soutenance-elise-riquin_1609941984108-jpg
  • Le 26 janvier 2021
    false false
  • Début : 14h00 en visioconférence

SOUTENANCE DE THÈSE DE DOCTORAT EN PSYCHOLOGIE Elise RIQUIN

CONCERNANT :

Madame Elise RIQUIN

sur le sujet suivant  :

Troubles des fonctions exécutives et symptomatologie anxio-dépressive chez les enfants et adolescents atteints de pathologies mitochondriales.

SOUS LA DIRECTION DE : Monsieur Arnaud ROY (directeur de thèse)

Composition du jury :

Examinateurs :
- Anne-Catherine Rolland, Professeure d’université – Praticien Hospitalier, Université de Reims
- Bérengère Guillery-Girard, Professeure d’université, Université de Caen
- Nathalie Godart, Professeure d’université-Praticien Hospitalier, Université Paris Versailles
- Patrick Van Bogaert, Professeur d’université – Praticien Hospitalier, Université d’Angers
Directeur de thèse :
- Arnaud Roy, Professeur d’université, Université d’Angers
Co-directeur de thèse :
- Philippe Duverger, Professeur d’Université – Praticien Hospitalier, Université d’Angers



Résumé :

Les avancées des neurosciences permettent de mettre en lien maladies psychiatriques, symptômes neuropsychologiques et dysfonctionnements cérébraux. Le fonctionnement cérébral requérant une grande quantité d’énergie, les mitochondries, organites essentiels dans les processus énergétiques cellulaires, sont considérées comme une voie de recherche de grand intérêt en neurologie et en psychiatrie. Un nombre croissant de travaux décrivent des liens potentiels entre dysfonctionnement mitochondrial et symptomatologie psychiatrique. Bien décrite sur le plan neurologique et somatique, la symptomatologie de ces troubles l’est nettement moins dans ses aspects psychiatriques. Pourtant, des symptômes psychiatriques sont fréquemment associés et cette sémiologie a déjà fait l’objet d’une description chez les patients adultes. L’hypothèse d’une atteinte des fonctions de contrôle exécutif chez l’enfant atteint d’une maladie mitochondriale est justifiée, compte tenu des indices de dysfonctionnement identifiés dans certaines zones cérébrales et la présence de métabolites intra-cérébraux (lactates, etc.) susceptibles de perturber le développement des réseaux frontaux-sous- corticaux chez ces enfants. Il s’agirait donc d’appréhender les mécanismes à l’origine des symptômes cliniques dans les pathologies mitochondriales de l’enfant et de l’adolescent en axant l’analyse sur le profil psychiatrique et plus spécifiquement l’anxiété et de la dépression, le profil neuropsychologique et plus spécifiquement l’étude des fonctions exécutives.