https://lppl.univ-nantes.fr/medias/photo/soutenance-elise-riquin_1609941984108-jpg
  • Le 07 décembre 2022
    CHU d'Angers
    false false
  • Début : 9h30

SOUTENANCE DE THÈSE DE DOCTORAT EN PSYCHOLOGIE

CONCERNANT :


Monsieur Guillaume DUVAL

sur le sujet suivant :

Hypotension Orthostatique et Chutes de la Personne Âgée, les Enjeux Neurocognitifs


SOUS LA DIRECTION DE : Cédric ANNWEILER, Professeur des universités et praticien hospitalier, Université et CHU d'Angers


Résumé :

L’Hypotension Orthostatique (HO) est une pathologie très fréquente chez la personne âgée dont la prévalence moyenne est de 17%. L’HO est bien connue pour constituer un facteur précipitant de chute en lien avec une symptomatologie syncopale. Néanmoins, les variations de pression artérielle associées à des épisodes de bas débits cérébraux ont montré un impact vasculaire délétère notamment au niveau cérébral potentiellement à l’origine de troubles neurocognitifs pouvant correspondre à un facteur de risque de chute. L’objectif de ce travail était de déterminer si l’HO était impliquée dans l’apparition des troubles cognitifs de la personne âgée et quelles fonctions cognitives en particulier étaient affectées. Nous avons d’abord réalisé une première étude confirmant l’association entre l’HO et les troubles cognitifs. Cependant, les résultats de la littérature étant divergents, nous avons secondairement confirmé cette association dans une méta-analyse d’études longitudinales. Ensuite, il a été mis en évidence dans deux études distinctes qu’une telle atteinte cognitive en lien avec l’HO pouvait s’expliquer par une altération des fonctions exécutives et praxiques, qui sont d’ailleurs fortement impliquées dans la commande du mouvement ce qui correspond aux fonctions cognitives assurant le contrôle moteur cérébral de la marche. Enfin, différentes entités sous-jacentes, telles que la structure du parenchyme cérébral, le métabolisme nutritionnel ou osseux, ont été proposés pour expliquer cette relation complexe entre l’HO, le fonctionnement cognitif et les chutes de la personne âgée. Ces derniers éléments offrent de nombreuses perspectives en termes de recherche mais également en termes d’attitude thérapeutique nouvelle dans la prise en charge de l’HO chez la personne âgée.